SAWA

SAWA:le 59ème anniversaire des massacres du « 17 octobre 1961 à Paris» contre les algériens avec M'HAMED KAKI, Président de l'association Les Oranges

Histoire: Ce samedi 17 octobre, l'histoire marque une pause pour commémorer le 59ème anniversaire des massacres du « 17 octobre 1961 à Paris» contre les algériens.

En effet, ces massacres perpétrés par la police française restent à ce jour gravés dans la mémoire collective des Français et des Algériens. Il en demeure pas moins que ce crime demeure l'un des freins a une véritable réconciliation entre la France et l'Algérie. Longtemps cette répression sanglante n'a eu comme nom que celle des « évènements du 17 octobre 1961 ». En réalité cinquante-neuf ans après, cette tragédie continue à faire réagir beaucoup de monde des deux rives de la méditerranée et nous livre une histoire commune mutilée et mutilante.
Afin de recontextualiser les faits de ce drame et comprendre en quoi consiste les revendications du peuple algérien portés par des associations Franco-Algerienne, l'invité de l'émission SAWA de ce vendredi est le sociologue M'HAMED KAKI, Président de l'association Les Oranges.

Histoire: Ce samedi 17 octobre, l'histoire marque une pause pour commémorer le 59ème anniversaire des massacres du « 17 octobre 1961 à Paris» contre les algériens.En effet, ces massacres perpétrés par la police française restent à ce jour gravés dans la mémoire collective des Français et des Algériens. Il en demeure pas moins que ce crime demeure l'un des freins a une véritable réconciliation entre la France et l'Algérie. Longtemps cette répression sanglante n'a eu comme nom que celle des « évènements du 17 octobre 1961 ». En réalité cinquante-neuf ans après, cette tragédie continue à faire réagir beaucoup de monde des deux rives de la méditerranée et nous livre une histoire commune mutilée et mutilante.Afin de recontextualiser les faits de ce drame et comprendre en quoi consiste les revendications du peuple algérien portés par des associations Franco-Algerienne, l'invité de l'émission SAWA de ce vendredi est le sociologue M'HAMED KAKI, Président de l'association Les Oranges.

17 octobre 2020

SAWA:Avec Madame Dorothée Engel, Chargée d'actions culturelles à l'Institut du Monde Arabe pour le festival Arabofolies

Culture: Modification de la programmation de l'IMA, en raison du couvre-feu instauré par le gouvernement à Paris et en région parisienne à partir du samedi 17 octobre 2020, l'Institut du monde arabe est contraint de modifier la programmation de son festival Arabofolies. Les rendez-vous en journée : Rencontres littéraires et Journées de l'Histoire du monde arabe, sont maintenus sans modification d'horaire. Les Rendez-vous de l'actualité et les Jeudis de l'IMA sont avancés à 18h30 au lieu de 19h. Les concerts, performances, spectacles de danse et séances de cinéma sont reportés à une date ultérieure. Le point sur cette modification avec l'invitée de l'émission SAWA, Dorothée Engel, Chargée d'actions culturelles à l'Institut du Monde Arabe.

Plus d'informations très prochainement sur www.imarabe.org. Si vous avez déjà acheté votre billet, vous allez être contacté par les services de l'IMA.

Culture: Modification de la programmation de l'IMA, en raison du couvre-feu instauré par le gouvernement à Paris et en région parisienne à partir du samedi 17 octobre 2020, l'Institut du monde arabe est contraint de modifier la programmation de son festival Arabofolies. Les rendez-vous en journée : Rencontres littéraires et Journées de l'Histoire du monde arabe, sont maintenus sans modification d'horaire. Les Rendez-vous de l'actualité et les Jeudis de l'IMA sont avancés à 18h30 au lieu de 19h. Les concerts, performances, spectacles de danse et séances de cinéma sont reportés à une date ultérieure. Le point sur cette modification avec l'invitée de l'émission SAWA, Dorothée Engel, Chargée d'actions culturelles à l'Institut du Monde Arabe.Plus d'informations très prochainement sur www.imarabe.org. Si vous avez déjà acheté votre billet, vous allez être contacté par les services de l'IMA.

15 octobre 2020

SAWA: Avec Docteur Yahia MEKKI

COVID19: Lors de son discours télévisé ce mercredi 14 octobre, le Président de la république Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles mesures restrictives, confirmant une situation sanitaire extrêmement préoccupante dans le pays. Il a indiqué que la lutte contre la COVID-19 était loin d'être terminé. La stratégie à adopter en cette période dangereuse est « tester, alerter, protéger ». Aides aux entreprises, transports... Plusieurs nouveautés vont être mises en place, concernant les familles, le Président a annoncé l'instauration d'une aide financière pour les plus vulnérables, la mise en place d'un couvre-feu et s'est exprimé sur les déplacements pendant les vacances de la Toussaint. Pour le 22 octobre, une nouvelle application : "Tous Anti-Covid". "Elle contiendra des informations sur comment le virus circule, où sont les points pour se faire tester"

À partir de samedi 17 octobre , à minuit, neuf métropoles, dont Paris et sa région vont devoir respecter un couvre-feu qui va entrer en vigueur.

L'invité de l'émission SAWA de ce jeudi est le Docteur Yahia MEKKI, Virologue au CHU de Lyon, expert auprès de l'OMS et le ministère français de la santé. Il répond aux questions des auditeurs de radio Orient.

COVID19: Lors de son discours télévisé ce mercredi 14 octobre, le Président de la république Emmanuel Macron a annoncé de nouvelles mesures restrictives, confirmant une situation sanitaire extrêmement préoccupante dans le pays. Il a indiqué que la lutte contre la COVID-19 était loin d'être terminé. La stratégie à adopter en cette période dangereuse est « tester, alerter, protéger ». Aides aux entreprises, transports... Plusieurs nouveautés vont être mises en place, concernant les familles, le Président a annoncé l'instauration d'une aide financière pour les plus vulnérables, la mise en place d'un couvre-feu et s'est exprimé sur les déplacements pendant les vacances de la Toussaint. Pour le 22 octobre, une nouvelle application : "Tous Anti-Covid". "Elle contiendra des informations sur comment le virus circule, où sont les points pour se faire tester"À partir de samedi 17 octobre , à minuit, neuf métropoles, dont Paris et sa région vont devoir respecter un couvre-feu qui va entrer en vigueur.L'invité de l'émission SAWA de ce jeudi est le Docteur Yahia MEKKI, Virologue au CHU de Lyon, expert auprès de l'OMS et le ministère français de la santé. Il répond aux questions des auditeurs de radio Orient.

15 octobre 2020

SAWA:Docteur El falah El quadmiry saloua, Gynécologue obstétricienne spécialiste en chirurgie mammaire et gynécologique et membre de la société française de sénologie et de pathologie mammaire

Santé: l'endométriose touche 1 femme sur 10, en âge de procréer. Potentiellement, toutes les femmes réglées. Il n'est pas rare aujourd'hui de voir de très jeunes femmes atteintes par cette maladie. Et lorsqu'on les interroge, la plupart des femmes atteintes sévèrement par cette maladie se plaignent d'avoir souffert depuis la puberté de douleurs gynécologiques violentes sans que le médecin ait évoqué une possible endométriose. Il existe également des cas de femmes ménopausées ou opérées par hystérectomie et ovariectomie qui continuent à souffrir d'endométriose.

Aujourd'hui, l'endométriose est diagnostiquée, souvent par hasard, avec un retard moyen de sept années, durant lesquelles la maladie a eu le temps de causer des dommages notables à différents organes. Les médecins spécialistes de l'endométriose s'accordent à dire que la maladie toucherait 1 femme sur 10. Ce chiffre concerne les femmes pour qui le diagnostic a été posé. Il est donc probable que l'endométriose touche plus de femmes encore.

Le point sur cette maladie dans l'émission SAWA de ce samedi 10 octobre avec le Docteur El falah El quadmiry saloua, Gynécologue obstétricienne spécialiste en chirurgie mammaire et gynécologique et membre de la société française de senologie et de pathologie mammaire.

Santé: l'endométriose touche 1 femme sur 10, en âge de procréer. Potentiellement, toutes les femmes réglées. Il n'est pas rare aujourd'hui de voir de très jeunes femmes atteintes par cette maladie. Et lorsqu'on les interroge, la plupart des femmes atteintes sévèrement par cette maladie se plaignent d'avoir souffert depuis la puberté de douleurs gynécologiques violentes sans que le médecin ait évoqué une possible endométriose. Il existe également des cas de femmes ménopausées ou opérées par hystérectomie et ovariectomie qui continuent à souffrir d'endométriose.Aujourd'hui, l'endométriose est diagnostiquée, souvent par hasard, avec un retard moyen de sept années, durant lesquelles la maladie a eu le temps de causer des dommages notables à différents organes. Les médecins spécialistes de l'endométriose s'accordent à dire que la maladie toucherait 1 femme sur 10. Ce chiffre concerne les femmes pour qui le diagnostic a été posé. Il est donc probable que l'endométriose touche plus de femmes encore.Le point sur cette maladie dans l'émission SAWA de ce samedi 10 octobre avec le Docteur El falah El quadmiry saloua, Gynécologue obstétricienne spécialiste en chirurgie mammaire et gynécologique et membre de la société française de senologie et de pathologie mammaire.

11 octobre 2020