Yémen : Berlin et Rome ferment temporairement leur ambassade à Sanaa

13 février 2015 à 16h05 par La rédaction

RADIO ORIENT

L'Allemagne et l'Italie ont annoncé vendredi la fermeture temporaire de leur ambassade au Yémen et le rapatriement des personnels à la suite des violences qui secouent le pays.

 

"Nous avons décidé hier (jeudi) de fermer de façon temporaire notre ambassade à Sanaa" et "le personnel a quitté le territoire" yéménite vendredi matin, a indiqué une porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse régulière à Berlin.

 

Elle a invoqué la situation politique actuelle du Yémen, où le niveau de dangerosité est devenu "totalement inacceptable" pour les personnels.

 

Mercredi, l'Allemagne avait déjà invité ses ressortissants à ne pas se rendre au Yémen, et avait invité ceux qui s'y trouvaient à en partir.

 

Vendredi, le ministère des Affaires étrangères italien a aussi annoncé dans un communiqué "la fermeture temporaire de l'ambassade d'Italie à Sanaa, à la suite de l'emballement des événements dans le pays et de l'aggravation progressive des conditions de sécurité".

 

"L'ambassadeur (Luciano) Galli et l'ensemble du personnel sont en ce moment en train de rentrer en sécurité en Italie", a précisé le ministère.

 

Cette semaine, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni avaient déjà annoncé la fermeture de leur ambassade à Sanaa.

 

Le ministère italien des Affaires étrangères "espère que les efforts de médiation menés par l'émissaire de l'ONU Jamal Benomar permettront au plus vite un retour à des conditions de sécurité susceptibles d'autoriser le retour du personnel diplomatique au Yémen", selon le communiqué diffusé à Rome.

 

L'ambassade d'Italie à Sanaa avait déjà fermé mardi ses services au public, et le ministère déconseillait déjà fortement tout déplacement au Yémen, invitant les Italiens présents à quitter le pays.

 

Jeudi, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est alarmé de "l'effondrement" du Yémen, où Al-Qaïda s'est emparé d'importantes quantités d'armes dans une partie du pays échappant au contrôle de la milice chiite des Houthis ayant pris le pouvoir à Sanaa.

 

AFP