Fête nationale du 14 Juillet: Allocution télévisée du Président François Hollande

15 juillet 2014 à 16h58 par La rédaction

RADIO ORIENT

Dans un entretien accordé à TF1 et France 2 à l'occasion de la Fête Nationale du 14 juillet, François Hollande a dit souhaiter faire adopter en 2016 des réformes constitutionnelles, dont "la question des modes de scrutin" et le droit de vote des étrangers aux élections locales.

François Hollande a détaillé lors de cet entretien son calendrier des réformes qu'il veut engager année par année: en 2014 les réformes économiques, en 2015, celles "qui concernent la santé" et les jeunes, avant les réformes "de société" en 2016.

Voici les principaux points de l'interview télévisée de François Hollande.

- PACTE AVEC LES ENTREPRISES

Le chef de l'Etat les a appelées à montrer à leur tour leur "confiance" en s'engageant à des contreparties aux baisses de cotisations et impôts sur trois ans annoncées par le gouvernement.

"Tout est connu, tout est posé sur la table et rien ne sera modifié, alors les entreprises je leur dis, +maintenant c'est à vous aussi de marquer votre confiance+".

"Nous sommes sortis de la crise de la zone euro" et "la reprise, elle est là mais elle est trop fragile, trop hésitante, trop vulnérable".

- BAISSE D'IMPOTS

"On fera en sorte qu'il y ait plusieurs centaines de milliers de Français qui payent moins d'impôts" l'an prochain, en plus du geste fiscal consenti cette année pour plus de 3 millions de ménages modestes.

- CHOMAGE

"J'avais dit qu'on allait inverser la courbe du chômage, c'était toute la passion qu'on avait mise, toute la volonté qui était la nôtre, et puis ce n'est pas venu".

"J'aurais pu m'arrêter là, en disant: +on n'a pas réussi+. J'ai dit au contraire: +on n'a pas réussi, on va donner une nouvelle impulsion, une nouvelle accélération+ et c'est le pacte de responsabilité et de solidarité".

- APPRENTISSAGE

La rencontre entre Etat et partenaires sociaux "pour lever tous les obstacles par rapport à l'apprentissage", annoncée lors de la conférence sociale début juillet, "je la présiderai moi-même". Il a réitéré l'objectif de "500.000 apprentis d'ici 2017".

- CONFLIT ISRAELO-PALESTINIEN

"Je ne veux pas qu'il y ait des conséquences possibles en France. Le conflit israélo-palestinien ne peut pas s'importer", a exigé le chef de l'Etat, au lendemain de heurts à Paris à l'issue d'une manifestation de soutien aux Palestiniens et à Gaza.

"La France veut un Etat palestinien à côté d'Israël", a-t-il ajouté, renouvelant ses appels à un cessez-le-feu immédiat.

- SARKOZY

"Nul ne doit intervenir et encore moins au sommet de l'Etat sur la justice", a affirmé M. Hollande, qui a pour principe "l'indépendance de la justice" et aussi "la présomption d'innocence".

Il a commis un lapsus en évoquant la mise en examen de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, affirmant que tout Français devait être considéré "prisonnier", avant de s'interrompre pour immédiatement rectifier par "présumé" innocent.

M. Hollande a redit ne pas être intervenu dans cette procédure. "C'est tellement contraire et à ma conception de la démocratie, mais également à l'esprit de ma responsabilité".

- CALENDRIER DES REFORMES

"2014, c'est l'année des grandes réformes économiques" avec notamment le pacte de responsabilité, 2015 sera celle "des réformes qui concernent la santé" et "l'accompagnement du très grand vieillissement", puis 2016 celle des "réformes de société et institutionnelles", a-t-il annoncé.

- DROIT DE VOTE DES ETRANGERS

François Hollande "ne renonce pas" à construire des majorités pour faire adopter "en 2016" des réformes constitutionnelles, dont le droit de vote des étrangers aux élections locales ou la question des "modes de scrutin". "Toutes ces réformes viendront en 2016" afin que "ce soit le fruit d'un consensus".

- VALLS

"On ne peut pas mettre je ne sais quelle feuille, même de papier à cigarette, qui est très fin" entre les deux têtes de l'exécutif et "rien ne peut nous séparer sur cet objectif-là" de réussite de la France.

"Si j'ai choisi Manuel Valls c'est parce qu'il met de l'efficacité, il met de l'organisation et il met aussi de la rapidité", a-t-il précisé, un peu plus de cent jours après sa nomination à Matignon.

- VIE PRIVEE

"J'ai une règle, la vie privée doit être la vie privée. Donc je fais en sorte de la mettre en oeuvre, cette règle. Et lorsque j'aurai des informations à vous communiquer, je le ferai. Mais je n'en ai aucune".

- CONFIANCE DES FRANCAIS

"Il y a une espèce de maladie qui n'est pas grave mais qui peut être contagieuse, où on est toujours dans la déploration et le dénigrement... Il faut être fiers".

"Ce que j'essaie de dire aux Français, c'est qu'il faut qu'ils aient confiance en eux".

Avec AFP

Titres diffusés

Aucun titre