Emissions politiques

ET SI ON EN PARLAIT ? FRANCOPHONIE

ET SI ON EN PARLAIT, émission du 21 mars 2019, présentée par Alexis Bachelay Jusqu’au 24 mars, nous sommes dans la semaine de la langue française et de la Francophonie. Nous voulons mettre en valeur tout ce qui nous attache à cette langue Française, à sa richesse, à celles et ceux qui la font partager. Pour en parler dans l’émission, nous avons deux invitées, deux écrivaines : Sonia Braham, spécialiste de l’écologie urbaine, autrice d’un premier livre, Mère Méditerranée aux éditions Déméter, qui raconte la trajectoire d’une vie, la sienne, entre la Tunisie et la France. Nadia Lamlili a été journaliste, spécialisée dans le Maghreb et le Moyen-Orient notamment pour Jeune Afrique, Telquel et le journal marocian l’Economiste. En 2005, elle reçoit le prix de la presse francophone de la chaîne américaine CNN, qui recompense les meilleurs journalistes du continent africain. Aujourd’hui consultante dans un cabinet de communication. Elle a publié premier roman, une plume dans la plaie, qui raconte l’histoire d’un journal censuré au Maroc.

ET SI ON EN PARLAIT, émission du 21 mars 2019, présentée par Alexis Bachelay

Jusqu’au 24 mars, nous sommes dans la semaine de la langue française et de la Francophonie. Nous voulons mettre en valeur tout ce qui nous attache à cette langue Française, à sa richesse, à celles et ceux qui la font partager. Pour en parler dans l’émission, nous avons deux invitées, deux écrivaines :

Sonia Braham, spécialiste de l’écologie urbaine, autrice d’un premier livre, Mère Méditerranée aux éditions Déméter, qui raconte la trajectoire d’une vie, la sienne, entre la Tunisie et la France.

Nadia Lamlili a été journaliste, spécialisée dans le Maghreb et le Moyen-Orient notamment pour Jeune Afrique, Telquel et le journal marocian l’Economiste.

En 2005, elle reçoit le prix de la presse francophone de la chaîne américaine CNN, qui recompense les meilleurs journalistes du continent africain. Aujourd’hui consultante dans un cabinet de communication. Elle a publié premier roman, une plume dans la plaie, qui raconte l’histoire d’un journal censuré au Maroc.

21 mars 2019

ET SI ON EN PARLAIT ? SPECIALE ALGERIE

ET SI ON EN PARLAIT, émission diffusée le mardi 12 mars 2019. Emission présentée par Alexis Bachelay Emission spéciale Et si on en parlait sur la situation en Algérie.   Le Président Abdelaziz Boutéflika renonce donc à se présenter pour un 5ème mandat, mais pas à gouverner. En effet son mandat devait s’achever le 25 avril prochain, avec une élection présidentielle prévue le 18 avril. Cette élection reportée, "un coup d'Etat" pour certains, ne donne aucune garantie. Les changements demandés dans la rue par la population algérienne seront-ils au rendez-vous ? A l’origine de cette "situation inédite", ce sont bien les semaines de manifestations et une mobilisation de plus en plus intense de la société algérienne, qui ont poussé le Président Bouteflika à ce renoncement et au report de l'élection présidentielle. Un premier succès donc, pour les manifestants qui se sont mobilisés depuis le 22 février, mais un pouvoir qui, pour l’instant se remanie pour mieux se maintenir ? Assistons à une révolution de velours, une révolution de palais, un printemps démocratique ? Allons-nous assister à une transition pacifique vers un nouveau régime  Pour en parler avec nous aujourd’hui :  Benjamin Stora, historien, président de la cité internationale de l’histoire de  l’immigration, né à Constantine, auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire de l’Algérie Parmi ses nombreux ouvrages, La gangrène et l’oubli, la mémoire de la guerre d’Algérie (La Découverte, 1991) ; Appelés en guerre d’Algérie (Gallimard, 1997) ; Les Trois exils. Juifs d’Algérie (Stock, 2006) Anouar Benmalek, écrivain et mathématicien algérien, né à Casablanca fondateur du comité algérien contre la torture également auteur de Nouvelles d’Algérie, Les enfants de la balle, Algérie 50. Rosa Moussaoui, journaliste au quotidien l'Humanité

ET SI ON EN PARLAIT, émission diffusée le mardi 12 mars 2019.

Emission présentée par Alexis Bachelay

Emission spéciale Et si on en parlait sur la situation en Algérie.  

Le Président Abdelaziz Boutéflika renonce donc à se présenter pour un 5ème mandat, mais pas à gouverner. En effet son mandat devait s’achever le 25 avril prochain, avec une élection présidentielle prévue le 18 avril. Cette élection reportée, "un coup d'Etat" pour certains, ne donne aucune garantie. Les changements demandés dans la rue par la population algérienne seront-ils au rendez-vous ? A l’origine de cette "situation inédite", ce sont bien les semaines de manifestations et une mobilisation de plus en plus intense de la société algérienne, qui ont poussé le Président Bouteflika à ce renoncement et au report de l'élection présidentielle.

Un premier succès donc, pour les manifestants qui se sont mobilisés depuis le 22 février, mais un pouvoir qui, pour l’instant se remanie pour mieux se maintenir ?

Assistons à une révolution de velours, une révolution de palais, un printemps démocratique ? Allons-nous assister à une transition pacifique vers un nouveau régime 

Pour en parler avec nous aujourd’hui : 

Benjamin Stora, historien, président de la cité internationale de l’histoire de  l’immigration, né à Constantine, auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire de l’Algérie

Parmi ses nombreux ouvrages, La gangrène et l’oubli, la mémoire de la guerre d’Algérie (La Découverte, 1991) ; Appelés en guerre d’Algérie (Gallimard, 1997) ; Les Trois exils. Juifs d’Algérie (Stock, 2006)

Anouar Benmalek, écrivain et mathématicien algérien, né à Casablanca fondateur du comité algérien contre la torture également auteur de Nouvelles d’Algérie, Les enfants de la balle, Algérie 50.

Rosa Moussaoui, journaliste au quotidien l'Humanité

12 mars 2019