Purges en Turquie : plus de 10 000 fonctionnaires ont perdu leur emploi

07/11/2016 à 2:03 drapeau-turquie

La répression atteint une ampleur inédite en Turquie, depuis la tentative de coup d’Etat du 15 juillet.

Dernière cible du gouvernement : les parlementaires kurdes.

 

11 d’entre eux ont été arrêtés ce vendredi, dont les 2 co-présidents de la principale formation pro-kurde, le Parti démocratique des Peuples.

 

Des arrestations menées à Diyarbakir, grande ville kurde du sud-est du Pays, dont les deux maires kurdes avaient été suspendus il y a quelques jours.

 

Ces derniers jours, 15 médias ont été fermés, portant leur nombre à 170, et 13 journalistes du quotidien d’opposition Jumhurriyet ont été interpellés, dont le rédacteur en chef du journal, dont le prédécesseur a fui le pays après avoir été condamné à plus de 5 ans de prison pour avoir fait état de livraisons d’armes par les renseignement turcs aux jihadistes en Syrie.

 

Plus de 1200 membres de la gendarmerie ont par ailleurs été suspendus.

 

Depuis le 15 juillet, ce sont plus de 100 000 fonctionnaires qui ont perdu leur emploi, rappelle le journaliste turc Ragip Duran au micro de Radio Orient :

 

Propos recueillis par Maria Lafitte.