Primée par la Fondation Chirac, Latifa Ibn Ziaten demande l’aide des pouvoirs publics

19/11/2015 à 3:59 latifa_1

Latifa Ibn Ziaten, qui a reçu jeudi le prix de la fondation Chirac, a demandé « aide » et « soutien » au président François Hollande pour « continuer son combat » et rester « debout » afin de promouvoir son message de paix et de vivre-ensemble.
 

Latifa Ibn Ziaten, mère d’un des soldats tués par Mohammed Merah à Toulouse en 2012, a créé l' »Association Imad Ibn Ziaten pour la jeunesse et la paix ».
 

« J’ai besoin d’aide pour passer ce message de paix et ce message de vivre-ensemble, d’aller vers l’autre », a-t-elle demandé au président de la République, présent lors de la cérémonie de remise de ce prix, ainsi que plusieurs membres du gouvernement, au Musée du Quai Branly.
 

« On a un problème dans les écoles, il y a beaucoup de souffrances », mais aussi « dans les maisons d’arrêt des gens qui se convertissent à l’islam (…) on doit faire des règles ». « C’est pas le prisonnier qui commande », a-t-elle dit. Il faut « ouvrir les ghettos fermés », a-t-elle ajouté, appelant à la « mixité ».
 

« J’ai besoin d’aide et de soutien », a-t-elle insisté, émue. « Je compte sur vous, Monsieur le président, pour continuer mon combat. Si vous ne m’aidez pas, je perds mon courage », a-t-elle dit. « J’ai un bureau et deux salariés, et j’ai même pas de toilettes », a-t-elle ajouté.
 

« Mon fils est mort debout et je reste debout à chaque fois que je témoigne », a-t-elle lancé dans une intervention vibrante.
 

François Hollande a ensuite pris la parole et lui assuré qu’elle aurait « le soutien nécessaire et indispensable de la République ».
 
AFP