L’IFEF va former « plus de 100.000 enseignants et enseignantes » sur 10 ans (Michaelle Jean)

07/10/2015 à 2:48 francophonie

L’Institut de la Francophonie pour l’éducation et la formation (IFEF), officiellement lancé lundi à Dakar, devrait former « sur 10 ans de manière qualitative plus de 100 000 enseignants et enseignantes’’, a indiqué la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Michaelle Jean.

 
’’Nous savons ce que nous voulons (…), former sur 10 ans de manière qualitative plus de 100 000 enseignants et enseignantes, dans un cadre éducatif performant », a-t-elle déclaré au cours de la cérémonie de lancement de cet Institut qui sera érigé au cœur de la Cité du savoir de Diamiadio, la ville nouvelle en construction à la sortie de Dakar.
 

« Nous voulons un centre d’excellence, un laboratoire innovant, un espace de recherche qui rassemble toute l’expertise disponible au sein de l’espace francophone en matière d’éducation et de formation professionnelle », a avancé Michaelle Jean.

 
De cette manière, a-t-elle dit, il s’agit « d’améliorer les compétences des enseignants aussi bien en zone rurale qu’en zone urbaine (…)’’.
 

Il s’agit aussi « d’accompagner les pays francophones désireux de mener une réforme devant conduire à une éducation de qualité pour tous et de garantir aussi l’enseignement bilingue dans les cycles préscolaires et primaires et de reformer l’accès à l’éducation et à la formation de qualité à travers l’élaboration de stratégies nationales », a indiqué Mme Jean.
 

La SG de l’OIF a en outre évoqué les « défis massifs » dans le domaine de l’éducation au sein de l’espace francophone, soulignant que « les pays doivent de toute urgence œuvrer pour les enfants, les jeunes, les femmes mais aussi les adultes, pour qu’ils puissent avoir une éducation de qualité toute leur vie durant ».
 

Pour Michaelle Jean, « investir dans l’éducation, c’est investir dans la stabilité et la prospérité d’un pays, c’est aussi investir dans la stabilité et la prospérité du monde ».
 

Le Sénégal ’’mesure la confiance que lui renouvelle la Francophonie à travers cet institut, a pour sa part relevé le chef de l’Etat, Macky Sall. « Cette confiance signifie aussi responsabilité : celle de faire en sorte que l’institut soit dans les meilleures conditions d’opérationnalité », a-t-il ajouté.

 

APS