La Mitsubishi qui a servi dans l’attentat visant Hariri a été achetée à Tripoli

08/06/2015 à 3:52 TSL01

Appelé à la barre, le vendeur du véhicule utilitaire relate l’épisode de la transaction.

 
 

La Mitsubishi Canter qui a servi pour le transport des explosifs pour l’attentat du 14 février 2005 dans lequel l’ancien Premier ministre Rafic Hariri a trouvé la mort avait été achetée en moins d’une heure à Tripoli. C’est ce qui ressort de la teneur du témoignage livré hier devant les juges de la chambre de première instance du Tribunal spécial pour le Liban (TSL), par un homme masqué – le vendeur en question – qui a relaté l’épisode de la vente du véhicule de la mort et les détails de la transaction.
 
Témoignant par vidéoconférence depuis Beyrouth, le vendeur procède à une description des deux hommes qui se sont présentés à lui – la trentaine, l’un plus grand que l’autre, l’accent libanais – affirmant avoir perçu de l’argent en liquide, 11 250 dollars, pour cette transaction. Un simple reçu rédigé au nom de l’un des acheteurs qui s’est présenté comme étant Ahmad Masri lui a été délivré. Le marchand a gardé la souche du reçu qui a ensuite été remise aux enquêteurs.
 
Le récit du témoin a suscité un grand intérêt chez les juges qui l’ont bombardé de questions, notamment sur les modalités un peu archaïques de la vente des véhicules au Liban, du moins en certains endroits. On apprendra par exemple qu’aucun contrat de vente entre les deux parties n’a été établi, aucun autre document officiel délivré prouvant notamment l