Katia Ghosn, l’invitée de « Confessions/ إعترافات »

08/04/2016 à 10:40

L’émission « Confessions/ إعترافات» a reçu Katia GHOSN, enseignant-chercheur, Maître de conférences, université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, Institut national des langues et civilisations orientales INALCO.

 

Rachid El Daif. Le roman arabe dans la tourmente de la modernisation, est paru sous la direction de Katia Ghosn (coll.Quaero), aux éditions Demopolis.

 

« Confessions », émission de Radio Orient, préparée et présentée par Issa Makhlouf

 

 

 

Le Livre

 

Figure marquante de la littérature libanaise contemporaine – et plus largement arabe – Rachid El-Daïf (1945-…) réinvente un univers littéraire diversité et d’une authentique singularité. Traduits en plusieurs langues, notamment en français, ses romans accèdent à l’internationalité et sont reconnus aussi bien au sein des milieux universitaires qu’auprès d’un plus large lectorat. Les auteurs de cet ouvrage collectif explorent les aspects distinctifs de son œuvre et les fondements esthétiques sur lesquels elle se construit. Le roman libanais de la génération de la guerre civile (1975-1990) auquel appartient Rachid El-Daïf rompt, dans la douleur, avec les grandes idéologies et se heurte à l’effondrement du projet fondateur d’une modernité arabe conçue aussi bien en référence à un modèle historique né en Europe que d’une expérience endogène. La crise des valeurs engendrée par l’aporie consistant à faire la part entre ce qui est à prendre à l’Occident et ce qui est à rejeter est l’un des thèmes majeurs qui parcourent ses écrits. Les choix narratifs d’El-Daïf empruntent les voies de l’intime, de la sexualité, du sujet diffracté, du récit hallucinatoire, pour décrire une réalité embourbée dans ses contradictions, sans abandonner pour autant la quête d’un territoire transnational et d’une langue humaniste dépouillée des séquelles de traditions millénaires, une quête que la littérature mondiale rend tout à la fois possible et improbable.

A propos de l’invitée

 

Katia GHOSN, Maître de conférences en littérature arabe contemporaine à l’université Prais8.

Après des études de philosophie à l’Université-Saint-Joseph (Beyrouth), elle soutient une thèse à l’INALCO sur le postmodernisme.

Affiliée au Centre de recherches Moyen-Orient Méditerranée (CERMOM) à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO) et membre du groupe EURAMAL (European Association for Modern Arabic Literature).

Rédactrice à l’Orient-littéraire, supplément culturel du quotidien libanais L’Orient-Le-Jour.

Ses recherches portent sur le postmodernisme, la globalisation et sur la manière dont les problématiques du monde contemporain affectent la littérature arabe (sur le plan thématique et formel).