Hugo Horiot, l’invité de « La Bibliothèque » de Radio Orient

10/01/2017 à 3:53 hugo-horiot

La Bibliothèque de Radio Orient reçoit Hugo Horiot. Il a publié  « Carnet d’un imposteur« , aux éditions L’Iconoclaste.

 

« La Bibliothèque »,  émission de Radio Orient, préparée et présentée par Loïc Barrière

Première diffusion : Mardi 10 janvier  à 21H 00

Rediffusions : Jeudi 12 janvier à 16H 00, Samedi 14 janvier à 11H 00

 

 

« Carnet d’un imposteur »

Le mot de l’éditeur

 

Hugo Horiot raconte son passage à l’âge adulte après une enfance en autisme

Dans une violence retenue, chapitre après chapitre qui sont autant de flashs foudroyants l’auteur raconte son passage à l’âge adulte après une enfance en autisme. Contraint de s’adapter, il joue sur scène et dans la vie faisant de la comédie son métier et une échappatoire. Ses émotions, ses échecs, ses doutes sont exacerbés. Un corps et un esprit en combustion : à cause de l’autisme peut-être, mais chaque lecteur pourra se reconnaître dans ce récit en ce qu’il révèle de la difficulté à être et à s’adapter au monde.

« Quand j’étais petit, je ne parlais pas. Mon cerveau était différent. Moins bien organisé. Trop de souvenirs débordaient. Alors soudain, de gros nuages noirs et pâteux sont venus l’envelopper. Cyclones, tempêtes, tornades ont tout détruit. Mes souvenirs se sont dispersés. Il y en avait trop. »

 

Bio de l’auteur

 

Hugo Horiot, qui a changé à l’âge de 6 ans son prénom de Julien contre son second prénom, Hugo,  » pour tuer en lui le dictateur », est un comédien, qui a surmonté le syndrome d’Asperger, l’une des nombreuses formes de l’autisme.

Il est le fils de la romancière Françoise Lefèvre, qui, alors que son fils avait été orienté dès l’âge de 18 mois en psychiatrie, a choisi de s’en occuper elle-même, puis de le scolariser, et l’a sauvé de l’enfermement. Elle a écrit à ce sujet deux magnifiques témoignages: « Le Petit Prince cannibale », prix Goncourt des lycéens, et  » Surtout ne me dessine pas un mouton ».

Hugo Horiot a publié un récit exceptionnel  » L’Empereur, c’est moi », qui est sorti en librairie quelques jours avant la Journée mondiale de la maladie, mardi 2 avril 2013, récit où le mot « autisme » n’apparaît pas une fois, témoignage intense, puissant, bouleversant, de son combat. Il a commencé à parler en 1988, et il est entré en 2000 au Théâtre du jour d’Agen, renaissance et début d’une carrière de comédien.

Il a obtenu en 2013 le Prix Paroles de patients.