« Sauver La Tunisie » de Lotfi Maktouf, aux éditions Fayard

Que reste-t-il de la Révolution tunisienne, déclenchée le 14 janvier 2011 sous le regard étonné et admiratif du monde entier ?

 

Lotfi Maktouf

Acteur engagé de la société civile, Lotfi Maktouf dresse ici un portrait lucide, complet et parfaitement informé de son pays et propose la voie d’une possible reconquête de la Révolution par les citoyens.

Diplômé des universités de Tunis, de la Sorbonne et de Harvard, avocat et membre du barreau de New York, Lotfi Maktouf a exercé pendant plusieurs années à Wall Street avant de servir en qualité de conseiller principal au FMI. De retour en Europe en 1990, il allie ses métiers de conseil en finance internationale et ses activités de mécénat dans les domaines de l’éducation, des métiers d’art et de la protection des océans. Au lendemain de la Révolution tunisienne, il a créé l’association Almadanya afin de promouvoir le développement et l’éducation dans son pays. L’intégralité des droits d’auteur est reversée à l’association Almadanya.

 

Quatrième de couverture

 

Que reste-t-il de la Révolution tunisienne, déclenchée le 14 janvier 2011 sous le regard étonné et admiratif du monde entier ?

 

Un pays traversant une crise dramatique, à la fois économique, sociale et politique. Un modèle de société mis en péril par la montée de l’obscurantisme et des actes de violence sans précédent. Une nation exceptionnelle, fondée sur une terre à la tradition millénaire de tolérance et d’harmonie, aujourd’hui menacée dans son identité même. Oui, il est urgent de sauver la Tunisie.

 

La confiscation de la Révolution par les islamistes a sonné le glas des revendications de démocratie portées par un peuple en liesse. Puissamment soutenu par des financements et des réseaux étrangers, Ennahda, le parti islamiste, s’est hissé au pouvoir grâce à son art du double langage. Aujourd’hui, il dévoile ses véritables intentions et met en place un régime bafouant libertés fondamentales, droits de la femme et institutions démocratiques.

 

Source : Editions Fayard