Conflit en Syrie – « Partir ou mourir », Amnesty dénonce les déplacements forcés de population

14/11/2017 à 7:00 Amnesty

Amnesty International dénonce les déplacements forcés de population en Syrie.

 

L’ONG s’élève contre les accords dits de « réconciliation », qui consistent, le plus souvent pour le régime syrien, à lever le siège des zones tenues par les rebelles, en échange de leur départ et de celui des habitants.

 

« Partir ou mourir », c’est le titre d’un rapport publié ce lundi par Amnesty.

 

L’organisation estime que ces accords, notamment dans les provinces d’Alep, de Homs, et d’Idleb, ont abouti au déplacement de milliers de civils : un crime contre l’humanité, pour Amnesty.

 

La réaction de Nina Walch, en charge des conflits armés chez Amnesty.

 
 

 

Propos recueillis par Maria Lafitte.