Algérie : les féministes se mobilisent contre la violence conjugale

30/09/2016 à 6:00 wassyla-tamzali

Il y a un mois, Amira Merabet, 34 ans, était brûlée vive à El Khroub, dans l’est de l’Algérie. C’était précisément le 29 août.

 

Et depuis, son assassin est toujours en fuite.

Quelques jours après ce drame, des femmes, vivant seules, étaient la cible de violences à Hassi Messaoud, dans le centre-est du pays. Leurs maisons avaient été incendiées.

 

Les associations dénoncent ces violences commises contre des femmes en toute « impunité ».

Pourtant, une loi a été adoptée par les députés algériens en décembre 2015, pour lutter contre ce fléau.

 

Dans son dernier rapport, le Conseil de l’Europe salue une « avancée majeure ».

 

Une victoire pour les féministes, estime également l’avocate et essayiste algérienne Wassila Tamzali.

 

Elle a été en charge des droits des femmes à l’ONU dans les années 2000.

 

Elle revient d’abord sur les agressions de ces dernières semaines:

 

 

Propos recueillis par Maria Lafitte.